Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Le projet ENCCRE / Présentation générale

Une première édition numérique critique
de l'Encyclopédie

Le projet ENCCRE est né d'un constat simple : il n'existe pas d'édition critique de l'Encyclopédie, ni au format papier, ni au format numérique.

Cette lacune touchant à la mise en valeur d'un monument essentiel de notre patrimoine intellectuel tient à l'envergure inégalée de cette entreprise éditoriale, à son histoire mouvementée ainsi qu'à la richesse et à la diversité des matériaux qui la composent. Éditée sous la direction de Diderot et D'Alembert, et composée de 28 volumes in-folio publiés entre 1751 et 1772 (17 de textes et 11 de planches), l'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers a nécessité la contribution de plus de 150 collaborateurs parmi les plus grands scientifiques, philosophes et écrivains de leur temps. Elle rassemble une somme considérable de connaissances sur les sciences, les arts et les métiers de cette époque, et constitue un important manifeste philosophique du siècle des Lumières. Depuis soixante ans, l'ouvrage est l'objet de recherches internationales, dynamiques et foisonnantes qui méritent d'être enfin mises à la portée d'un large public dont l'intérêt pour l'Encyclopédie ne cesse de croître.

Soutenu par l'Académie des sciences, le projet ENCCRE vise à réaliser la première édition numérique critique de l'Encyclopédie, pour en faire revivre et partager le contenu, le contexte scientifique, philosophique, politique, ainsi que l'histoire éditoriale mouvementée.

Un exemplaire original, homogène et complet

Il s'agit avant tout de fournir une édition respectueuse de l'œuvre originale et de ce qui constitue sa matérialité. Pour ce faire, notre édition, et c'est une première par rapport aux reprints existants (papier et en ligne), s'appuiera sur la version numérique de l'exemplaire original, homogène et complet de l'Encyclopédie conservé à la Bibliothèque Mazarine de l'Institut de France.

La numérisation de cet exemplaire unique peut en outre compter sur l'expérience de la Bibliothèque Mazarine dans ce domaine, en particulier de son directeur, Yann Sordet, et de l'équipe chargée de sa Bibliothèque numérique (Goran Proot, son responsable, et Françoise Avel), qui supervisent cette phase fondamentale du projet. La définition du protocole de numérisation et l'indexation page à page des vint-huit volumes a notamment été effectuée par Françoise Avel en étroite collaboration avec notre équipe entre juin et décembre 2014. La numérisation, qui a débuté en mars 2015, a été confiée aux soins de la société Arkhênum.

Une édition critique, ouverte à tous

À partir des travaux fondateurs de J. Proust (1962), J. Lough (1968), R. N. Schwab (1971), F. A. et S. Kafker (1988), et du renouveau des études attesté depuis deux décennies, les recherches internationales témoignent aujourd'hui de l'immense intérêt que l'œuvre suscite. La curiosité d'un large public pour l'Encyclopédie et les Lumières s'accroît dans le même temps, démontrant tout l'intérêt qu'il y a à valoriser l'ensemble des résultats de la recherche au moyen d'une édition spécifiquement conçue pour les accueillir, et permettant ainsi d'éclairer le contenu de l'ouvrage, son histoire éditoriale, ainsi que le contexte scientifique, philosophique, politique dans lequel il s'inscrit.

Notre projet souhaite ainsi concevoir une édition critique finement articulée avec les études passées et en cours, fidèle dans ce qu'elle donne à voir, ce qui implique par exemple la possibilité d'en consulter simultanément l'original et la transcription, de ressusciter les multiples réseaux de circulations (renvois, etc.) qui le sillonnent en respectant le texte de l'œuvre et la volonté des encyclopédistes. Le principe de fidélité à l'original implique aussi une séparation claire entre les données propres à l'ouvrage et les apports de nature critique, qui seront justifiés par les notes et notices, argumentées, datées et signées par les membres de notre équipe.

Notre édition s'adresse enfin à tous types de lecteurs, qu'ils soient amateurs, étudiants, enseignants ou chercheurs. Il s'agit donc pas de proposer une édition réservée aux seuls spécialistes, mais d'une édition ouverte et adaptée à tous types de lecteurs (amateurs, étudiants, chercheurs), proposant pour cela plusieurs niveaux de lecture, de parcours et de recherche dans l'œuvre, ainsi que des comptes utilisateurs personnels, permettant d'y mener librement ses propres investigations, de les classer ou de les indexer.

Une édition collaborative et dynamique

Pour atteindre ces objectifs, l'équipe ENCCRE a fait le choix fondamental d'organiser le travail d'édition critique selon un mode collaboratif. À l'interface de consultation en ligne de l'Encyclopédie, accessible et utilisable par tous, s'ajoutera donc une plateforme collaborative de saisie de l'apparat critique réservée aux chercheurs-éditeurs, permettant d'intégrer leurs apports, de les croiser et, au terme d'une chaîne de validation éditoriale rigoureuse, de rendre le tout accessible au public.

Une telle plateforme entend ainsi susciter un processus d'édition dynamique où viendront se conjuguer des compétences multiples et complémentaires, nécessaires compte tenu de la grande diversité des champs de savoirs consignés dans l'ouvrage. Diderot lui-même, évoquant la nécessaire collaboration des savants « spécialistes » à l'Encyclopédie, écrivait :

« Quand on en vient à considérer la matière immense d'une encyclopédie, la seule chose qu'on aperçoive distinctement, c'est qu'elle ne peut être l'ouvrage d'un seul homme... Qui est-ce qui définira exactement le mot conjugué, si ce n'est un géomètre ? le mot conjugaison si ce n'est un grammairien ? le mot azimuth si ce n'est un astronome ? le mot épopée si ce n'est un littérateur ? » (Diderot, article ENCYCLOPEDIE, t. V, p. 835a)

De la même façon, l'interface collaborative d'édition du projet permettra à l'historien des mathématiques d'annoter les articles de mathématiques, à l'historien de la grammaire, les articles de grammaire, etc. Nous pouvons ainsi imaginer une plateforme en ligne partagée, dédiée au collationnement et à l'enrichissement de l'appareil critique, et par là même, un processus d'édition dynamique. Cette volonté d'ancrer l'enrichissement du corpus sur le long terme et de croiser les approches doit non seulement contribuer à rendre l'édition la plus vivante possible, mais aussi à stimuler de nouvelles recherches sur l'ouvrage.

Une édition critique innovante

La richesse du contenu de l'Encyclopédie nécessite la définition d'un protocole de présentation et d'éclairage critique se déclinant à plusieurs échelles : aux textes de présentations généraux (de tel volume, de tel article ou ensemble d'articles) et notes ponctuelles classiques s'ajouteront à la fois la possibilité de mettre en valeur les nombreux éléments caractéristiques constitutifs du texte encyclopédique (les titres des articles, les désignants, les renvois vers d'autres articles, les signatures des encyclopédistes, les mentions de leurs sources, etc.) et la possibilité d'y articuler finement les annotations qui permettront d'en éclairer les intérêts et les enjeux auprès de nos lecteurs.

La mise en place d'un tel apparat critique requiert la définition préalable de la structure de données de l'édition, c'est-à-dire la définition des éléments du texte encyclopédique que nous souhaitons repérer, et des liens qu'ils entretiennent entre eux ainsi qu'avec les éclairages que nous souhaiterons y apporter. En somme, cette structure de données constitue le reflet de la politique éditoriale de l'édition dans la mesure où elle spécifie l'ensemble du vocabulaire et de la grammaire d'annotation qui y seront adossés.

Une équipe ouverte, internationale
et pluridisciplinaire

Pour atteindre ces ambitieux objectifs, le projet s'appuie sur une équipe formée :

Publications sur le projet :

A. Guilbaud, I. Passeron, O. Ferret, V. Barrellon, « Éditer l'Encyclopédie au 21e siècle : un projet d'édition numérique, critique et collaborative », Dix-Huitième Siècle, 46 (2014), « Bilan et perspectives de la recherche dix-huitiémiste », p. 153-166.

A. Guilbaud, I. Passeron, M. Leca-Tsiomis, O. Ferret, V. Barrellon, Y. Sumi et al., « "Entrer dans la forteresse" : pour une édition numérique collaborative et critique de l'Encyclopédie (projet ENCCRE) », Recherches sur Diderot et l'Encyclopédie, 48 (2013), p. 225-261.

ENCCRE | Intranet
© 2014 | Crédits