Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Sources, réception et suites de l'Encyclopédie / Le Grand vocabulaire françois (1767-1774)

Le Grand vocabulaire françois
(1767-1774)

Les derniers volumes de discours de l’Encyclopédie parurent, comme on sait, en 1765. Le Grand vocabulaire françois fut le premier ouvrage à paraître à leur suite. Ce Grand vocabulaire françois (désormais GVF) de 30 volumes fut édité par Charles Joseph Panckoucke, à Paris, et par Marc Michel Rey, à Rotterdam.

Sa publication s’échelonna de 1767 à 1774. Côté collaborateurs, si la page de titre mentionne laconiquement « une société de gens de lettres », on connaît néanmoins certains des noms de ceux qui y travaillèrent : P.J.J. Guyot, de Chamfort et de F.C. Duchemin de la Chesnaye, une partie d’entre eux demeurant dans l’anonymat. Bien que modestement nommé « vocabulaire », le GVF incluant noms propres, toponymes, informations scientifiques ou historiques de tous ordres, appartient, en réalité, au genre des « dictionnaires universels », comme le Trévoux ou l’Encyclopédie elle-même.

Son concepteur, Panckoucke, voulait en faire une seconde encyclopédie, mais sans les planches, et limitée aux volumes de discours ; il se posait clairement sur ce plan en successeur, sinon en continuateur, du Dictionnaire raisonné et sa révérence à son égard était très appuyée :

Si notre ouvrage a quelque succès il le doit particulièrement à ce que nous avons tiré des articles fournis à l’Encyclopédie par les grands maîtres, tels les deux savans Editeurs [...] MM. De Voltaire, Boucher d’Argis, Dumarsais, le baron d’Holbach, Marmontel, etc. (article ENCYCLOPEDIE, GVF, t. IX)

Si l’héritage encyclopédique se marque par la reprise à l’identique d’articles au contenu scientifique et technique, littéraires ou grammaticaux, il y existe d’autres aspects de cet héritage dont le GVF de Panckoucke ne souhaitait pas s’embarrasser : les questions de philosophie, de politique et de religion. L’ouvrage est sur, ces trois plans, parfaitement aseptique et ce conformisme prudent est largement sensible si on compare les définitions encyclopédiques, celles de Diderot notamment, avec celles fournies par le GVF. Un simple exemple, parmi tant d’autres, suffira, celui de l’article RÉFUGIÉS, (Hist. mod. politiq.) de Diderot :

C’est ainsi que l’on nomme les Protestans françois que la révocation de l’édit de Nantes a forcés de sortir de France, & de chercher un asyle dans les pays étrangers, afin de se soustraire aux persécutions qu’un zele aveugle & inconsidéré leur faisoit éprouver dans leur patrie (Enc., XIII, p. 907)

et celui que donne le GVF :

On appelle Réfugiés les Calvinistes qui sont sortis de France à l’occasion de la révocation de l’Édit de Nantes (GVF, t. XXVI)

On voit comment la comparaison des articles contenus dans les deux ouvrages nous donne la mesure assez exacte de ce qu’a été l’audace de l’Encyclopédie en son temps.

Marie Leca-Tsiomis

Notice mise en ligne le 22 mai 2016

Sources, réception et suites de l'Encyclopédie

Le Grand vocabulaire françois, 30 vol. in-4°, 1767-1774 :
t. 1 ; t. 2 ; t. 3 ; t. 4 ; t. 5 ; t. 6 ; t. 7 ; t. 8 ; t. 9 ; t. 10 ; t. 11 ; t. 12 ; t. 13 ; t. 14 ; t. 15 ; t. 16 ; t. 17 ; t. 18 ; t. 19 ;t. 20 ; t. 21 ; t. 22 ; t. 23 ; t. 24 ; t. 25 ; t. 26 ; t. 27 ; t. 28 ; t. 29 ; t. 30.

Indications bibliographiques :

Marie Leca-Tsiomis, « L’Encyclopédie et ses premiers épigones : le Grand vocabulaire français de Panckoucke et le dernier Trévoux », dans Le travail des Lumières, Pour G. Benrekassa, sous la direction de N. Jacques-Lefèvre, Y. Séité et al. Paris, Champion, 2002, p. 455- 472.

Marie Leca-Tsiomis, « De Furetière à Panckoucke : les joutes confessionnelles des dictionnaires et encyclopédies », dans L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne, sous la direction de J-D. Candaux, A. Cernuschi, C. Donato, J. Häseler, Slatkine, Genève, 2005, p. 13-29.

Christophe Rey, Le Grand vocabulaire françois (1767-1774) de Charles-Joseph Panckoucke, Paris, Champion, 2014.

Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke & la Librairie française, 1736-1798, Pau, Marrimpouey Jeune, et Paris, Librairie Jean Touzot, 1977.

Pour citer cet article :

Marie Leca-Tsiomis, « Le Grand vocabulaire françois (1767-1774) », Sources, réception et suites de l'Encyclopédie, projet d'Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, http://enccre.academie.sciences.fr (24-05-2017)

À propos de l'auteur de cet article :

Marie Leca-Tsiomis est professeur émérite à l'Université Paris-Ouest Nanterre, membre du CSLF et présidente de la Société Diderot.

ENCCRE | Intranet
© 2014-2017 | Crédits