Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Sources, réception et suites de l'Encyclopédie / Les Synonymes françois de l’Abbé Girard

Les Synonymes françois
de l’Abbé Girard

En 1718, l'Abbé Girard, académicien, avait publié La Justesse de la langue françoise ou les différentes significations des mots qui passent pour synonymes, et en 1736, il donna la première édition des Synonymes François, leurs différentes significations et le choix qu'il en faut faire pour parler avec justesse, à Paris chez la Veuve d'Houry. L'ouvrage, un in 12˚, connut de nombreuses rééditions à Paris, en 1740, 1741 , 1753, puis en Hollande. Beauzée en donnera, en 1769, chez Le Breton, une version en deux volumes, augmentée, notamment de l'apport des articles de « synonymes » parus, entre temps, dans l'Encyclopédie. Enfin, en l'an IX de la République, le même Beauzée publiera le Dictionnaire Universel des Synonymes de la langue française, en trois volumes.

Les ouvrages de l'Abbé Girard avaient inauguré une approche des significations dont les Encyclopédistes perçurent vite, s'approprièrent et enrichirent la fondamentale nouveauté. Selon Girard, en effet, comme « il n'y a point de mots assez parfaitement synonymes pour avoir, dans toutes sortes d'occasions, une force de signification entièrement semblable », il est nécessaire de procéder à l'analyse des fines nuances qui différencient ces mots « frères par une idée commune » mais qui se distinguent « l'un de l'autre par une idée accessoire et particulière à chacun d'eux » (préface à l'édition de 1741, p.  viij).

Girard n'était pas logicien mais ses préoccupations l'étaient. Et on voit ce qui, dans sa démarche, put attirer les Encyclopédistes : la réflexion sur le terme propre, l'effort d'élucidation porté sur les bizarreries de la langue naturelle, la possibilité de mettre les capacités d'analyse au service du véhicule de la pensée, en accord, d'ailleurs, avec Dumarsais, premier grammairien de l’Encyclopédie, qui, consacrant la dernière observation de son Traité des Tropes aux synonymes, renvoyait, pour ce qui regarde la langue française, à l'ouvrage de Girard. C’est donc cette préoccupation de la justesse de la langue qui donna lieu aux articles de « Grammaire, Synonymes » si fréquents dans le Dictionnaire raisonné : Diderot, D’Alembert, Jaucourt, Voltaire et bien d’autres utilisèrent souvent le traité de Girard pour le copier, l’amender ou le critiquer. Il est une des sources reconnues de l’Encyclopédie.

Marie Leca-Tsiomis

Notice mise en ligne le 10 août 2016.

Sources, réception et suites de l'Encyclopédie

Lien utile

Synonymes François, leurs différentes significations et le choix qu'il en faut faire pour parler avec justesse, 3e éd., Paris, 1741 [consulter].

Indications bibliographiques

Pour ce qui concerne Diderot, voir liste comparative détaillée des articles de « synonymes » de Diderot et de ceux de Girard, dans Jacques Proust, Diderot et l'Encyclopédie, annexe IV, p. 557–565.

Sur D'Alembert, voir Sylvain Auroux, « D’Alembert et les synonymistes », Dix-huitième Siècle, 16, 1984.

Sur Voltaire et Girard, voir R.R. Naves, Voltaire et l'Encyclopédie, Paris, Éd. Presses Modernes, 1938, p. 118–19.

Sur l’usage du traité de Girard et ses limites, voir Marie Leca-Tsiomis, « Diderot et les synonymes dans l’Encyclopédie », dans Classer les mots, classer les choses : synonymie, analogie et métaphore au XVIIIe siècle, Paris, Garnier, 2014, p. 79-89.

Pour citer cette notice

Marie Leca-Tsiomis, « Les Synonymes françois de l’Abbé Girard », Les sources de l'Encyclopédie, projet d'Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, http://enccre.academie.sciences.fr (26-06-2017)

À propos de l'auteur de cette notice

Marie Leca-Tsiomis est professeur émérite à l'Université Paris-Ouest Nanterre, membre du CSLF et présidente de la société Diderot

ENCCRE | Intranet
© 2014-2017 | Crédits