Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Sources et suites de l'Encyclopédie / Dictionnaire géographique portatif de François Léopold Vosgien

Dictionnaire géographique portatif
de François Léopold Vosgien

C'est à la géographie que l'Encyclopédie consacre le plus grand nombre de ses articles (environ 16 000 entrées, soit 22 %). La plupart portent comme vedette un nom propre, et ne dépassent guère cinq lignes. Il s'agit d'un vaste catalogue de toponymes du monde entier qui n'ont certainement pas été visités par les encyclopédistes ; ceux-ci ont donc dû, pour la rédaction de ces articles, recourir à des sources variées.

On peut distinguer trois séries parmi les articles sur les noms de lieux. D'abord, c'est Diderot qui s'en occupe en tant qu'éditeur : dans les premiers volumes, les vedettes d'articles géographiques sont précédés de l'astérisque caractéristique. Mais ces marques disparaissent très tôt : dès la page 258 du tome II, les articles géographiques ne sont plus signés. Ces articles anonymes forment le deuxième groupe. Enfin, la présence du chevalier de Jaucourt devient dominante à partir de la lettre F (tome VI), et ce jusqu'à la fin.

Diderot reste trop souvent muet sur ses sources. Mais on connaît son caractère moqueur : il ne peut s'empêcher de persifler les écrits qu'il trouve ridicules ou douteux. C'est en pareil cas qu'il laisse parfois entrevoir l'auteur ou le titre des ouvrages dont il s'inspire, par exemple dans l'article ANSICO, « royaume d'Afrique sous la ligne » :

On lit dans le Dictionnaire géographique de M. Vosgien, que les habitans s'y nourrissent de chair humaine ; qu'ils ont des boucheries publiques où l'on voit pendre des membres d'homme ; qu'ils mangent leurs peres, meres, freres, & sœurs aussi-tôt qu'ils sont morts ; & qu'on tue deux cens hommes par jour, pour être servis à la table du grand Macoco, c'est le nom de leur Monarque. Plus ces circonstances sont extraordinaires, plus il faudra de témoins pour les faire croire. (Enc., I, p. 490a)

La confrontation du Dictionnaire de Vosgien et de l'Encyclopédie montre avec netteté que Diderot reproduit (en copiant ou en résumant, selon les cas) presque tous les articles de ce Dictionnaire, du moins au début. L'absence, dans la première édition (1747), de quelques vedettes suggère que le choix de Diderot s'est porté sur la deuxième et dernière édition (Paris, Didot, 1749).

Ce petit dictionnaire se présente comme « traduit de l'Anglois » d'un ouvrage de Laurent Echard, ce qui n'est pas vrai. Il s'agit en réalité d'un abrégé du Grand Dictionnaire géographique, historique et critique de Bruzen de La Martinière. C'est l'auteur lui-même qui avoue cet emprunt en écrivant, dans l'« Avis pour cette nouvelle Edition » : « J'ai fait aussi marquer d'une étoile (*) les articles qui ne se trouvent pas dans le Dictionnaire de M. de la Martiniere » (p. xij). Et la plupart des articles ne portent pas d'astérisque. Dix ans plus tard, l'auteur de l'Abregé portatif du Dictionnaire géographique de La Martinière, dans un « Avertissement », justifie son entreprise et critique le Dictionnaire de Vosgien : « je me serois volontiers épargné ce travail, si le Dictionnaire Portatif qui a paru sous le nom de Vosgien avoit été plus exact » (t. I, p. iii).

L'identité de l'auteur du Dictionnaire géographique portatif reste incertaine. La page de titre nomme « Monsieur VOSGIEN, Chanoine de Vaucouleurs », mais on ne sait presque rien sur ce personnage. Les biographes affirment que c'est un pseudonyme de Jean-Baptiste Ladvocat : la Biographie universelle de Michaud est de cet avis (t. XXVIII, p. 648-650, article « LADVOCAT (Jean-Baptiste) »), que suivent également Quérard (La France littéraire, t. IV, p. 386) et Grente (Dictionnaire des lettres françaises : Le xviiie siècle, p. 659-660). Mais un bibliothécaire anonyme de la Bibliothèque nationale de France conteste cette attribution ; on lit sur le volume du Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale : Auteurs : « attribué à tort à Ladvocat, par Quérard » (t. 85, p. 685, conservé dans la salle X du site Tolbiac). La même main ajoute le nom de Vosgien comme auteur (t. 215, p. 307). On ignore d'où vient cette information, mais il semble peu probable que l'intervention d'un bibliothécaire ne soit fondée sur rien.

Le Dictionnaire de Vosgien n'est pas la seule source des articles géographiques de l'Encyclopédie. Diderot utilise au moins trois autres dictionnaires pour rédiger ses articles dans ce domaine : Dictionnaire de Trévoux (éd. 1743), le Grand Dictionnaire historique de Moréri (éd. 1732) et le Dictionnaire de commerce de Savary Des Bruslons (éd. 1748). L'usage de ces quatre dictionnaires, y compris celui de Vosgien, s'observe aussi dans le second groupe des articles géographiques. Cette particularité pourrait laisser penser que ces articles non signés sont de la main de Diderot.

Les sources de Jaucourt, quant à elles, restent incertaines. La liste des articles géographiques rédigés par le chevalier ne coïncide pas avec celle du Dictionnaire de Vosgien. Il en est de même pour les trois autres. Le Grand Dictionnaire géographique de Bruzen de La Martinière aurait pu être consulté, mais la description y est trop détaillée pour être compilée par Jaucourt qui, lui, recourt le plus souvent à des textes plus ramassés.

Takeshi Koseki

Notice mise en ligne le 17 juin 2015

Qu'est-ce que l'Encyclopédie ?

Indications bibliographiques sur cet article :

Abrégé portatif du Dictionnaire géographique de La Martinière, Paris, Le Mercier, 1759, 2 vol. T. I [consulter] ; T. II [consulter]

Georges Grente, Dictionnaire des lettres françaises : Le xviiie siècle, édition revue et mise à jour sous la direction de François Moureau, Paris, Fayard, 1995.

Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, Paris, Michaud, 1811-1828, 52 vol.

Joseph-Marie Quérard, La France littéraire ou dictionnaire bibliographique des savants historiens et gens de lettres de la France, Paris, F. Didot, 1827-1839, 10 vol.

François-Léopold Vosgien, Dictionnaire géographique portatif, 2e éd., Paris, Didot, 1749 [consulter].

Pour citer cet article :

Takeshi Koseki, « Dictionnaire géographique portatif de François Léopold Vosgien », Les sources de l'Encyclopédie, projet d'Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, http://enccre.academie.sciences.fr (24-05-2017)

À propos de l'auteur de cet article :

Takeshi Koseki est professeur adjoint à l'Université Hitotsubashi (Japon), membre du Groupe d'Etudes sur l'Encyclopédie et les Lumières (GEEL).

ENCCRE | Intranet
© 2014-2017 | Crédits