Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Extraits choisis de l'Encyclopédie / L’article PACIFICATION de Mallet

L’article PACIFICATION (non signé) de Mallet
(t. XI, 1765, p. 736a-737a)

Collation effectuée par S. Albertan-Coppola
sur l'exemplaire 1 de la Bibliothèque Mazarine

PACIFICATION, s. f. (Hist. mod.) l’action de remettre ou de rétablir la paix & la tranquillité dans un état.

Dans notre histoire, on entend par édits de pacification plusieurs ordonnances des rois de France, rendues pour pacifier les troubles de religion qui s’éleverent dans le royaume pendant le xvj. siecle.

François I. & Henri II. avoient rendu des édits très-séveres contre ceux qui feroient profession des nouvelles opinions de Luther & de Calvin. Charles IX. en 1561 suivit à cet égard les traces de ses prédécesseurs ; mais les hommes souffriront toujours impatiemment qu’on les gène sur un objet, dont ils croyent ne devoir compte qu’à Dieu ; aussi le prince fut-il obligé au mois de Janvier 1562, de révoquer son premier édit par un nouveau qui accordoit aux Prétendus Réformés le libre exercice de leur religion, excepté dans les villes & bourgs du royaume. En 1563, il donna à Amboise un second édit de pacification qui accordoit aux gentilshommes & hauts-justiciers, la permission de faire faire le prêche dans leurs maisons pour leur famille & leurs sujets seulement. On étendit même ce privilege aux villes, mais avec des restrictions qui le rendirent peu favorable aux Calvinistes ; au lieu qu’on les obligea à restituer aux Catholiques les Eglises qu’ils avoient usurpées. L’édit de Lonjumeau suivit en 1558 ; mais les deux partis qui cherchoient à s’y tromper mutuellement, étant peu de tems après rentrés en guerre, Charles IX. par un édit donné à Saint-Maur au mois de Septembre 1568, révoqua tous les précédens édits de pacification. Cependant la paix ayant été faite le 8 Août 1570, dès le 10 du même mois, ce prince rendit un nouvel édit, qui, aux privileges accordés par les précédens, ajouta celui d’avoir quatre places de sûreté ; savoir, la Rochelle, Montauban, Coignac & la Charité, pour leur servir de retraite pendant deux ans.

Le massacre de la saint Barthelemi & un édit qui le suivit de près, annulla toutes ces conditions ; mais Henri III. en 1576 donna un nouvel édit de pacification plus favorable aux Calvinistes, qu’aucun des précédens ; la ligue qui commença alors, le fit révoquer aux états de Blois sur la fin de la même année ; mais le roi se vit obligé de faire en leur faveur l’édit de Poitiers du 8 Septembre 1577, par lequel en rétablissant à certains égards, & en restraignant à d’autres les privileges accordés par les précédens édits pour le libre exercice de leur religion, il leur accorda de plus d’avoir des chambres mi-parties, & huit places de sureté pour six ans ; savoir, Montpellier, Aigues-mortes, Nyons, Seyne, la Grand’Tour, & Serres, en Dauphiné ; Périgueux, la Réole, & le mas de Verdun en Guienne. Mais en 1585 & 1588, la ligue obtint de ce prince la révocation totale de ces édits.

Enfin Henri IV. en 1591, cassa les derniers édits d’Henri III. & en 1598 donna à Nantes ce fameux édit de pacification, qui entr’autres choses permettoit aux prétendus Réformés l’exercice public de leur religion dans tous les lieux où il avoit été fait publiquement pendant les années 1596 & 1597, & leur en accordoit l’exercice particulier à deux lieues des principales villes, pour chaque bailliage où on n’en pouvoit établir l’exercice public sans trouble. Louis XIII. le confirma à Nîmes en 1610, & Louis XIV. en 1652, pendant les troubles de la minorité ; mais il le révoqua en 1656, & le supprima en 1685.

Les Protestans se sont plaints avec amertume de la révocation de l’édit de Nantes, & leurs plaintes ont été fortifiées de celles de tous les gens de bien Catholiques, qui tolerent d’autant plus volontiers l’attachement d’un protestant à ses|opinions, qu’ils auroient plus de peine à supporter qu’on les troublât dans la profession des leurs ; de celles de tous les philosophes, qui savent combien notre façon de penser religieuse dépend peu de nous, & qui prêchent sans cesse aux souverains la tolérance générale, & aux peuples l’amour & la concorde ; de celles de tous les bons politiques qui savent les pertes immenses que l’état a faites par cet édit de révocation, qui exila du royaume une infinité de familles, & envoya nos ouvriers & nos manufactures chez l’étranger.

Il est certain qu’on viola à l’égard des Protestans, la foi des traités & des édits donnés & confirmés par tant de rois ; & c’est ce que Bayle démontre sans réplique dans ses lettres critiques sur l’histoire du Calvinisme. Sans entrer ici dans la question, si le prince a droit ou non de ne point tolérer les sectes opposées à la religion dominante dans son état, je dis que celui qui penseroit aujourd’hui qu’un prince doit ramener par la force tous ses sujets à la même croyance, passeroit pour un homme de sang ; que graces à une infinité de sages écrivains, on a compris que rien n’est plus contraire à la saine religion, à la justice, à la bonne politique & à l’intérêt public que la tyrannie sur les ames.

On ne peut nier que l’état ne soit dans un danger imminent lorsqu’il est divisé par deux cultes opposés, & qu’il est difficile d’établir une paix solide entre ces deux cultes ; mais est-ce une raison pour exterminer les adhérans à l’un des deux ? n’en seroit-ce pas plutôt une au contraire pour affoiblir l’esprit de fanatisme, en favorisant tous les cultes indistinctement ; moyen qui appelleroit en même tems dans l’état une infinité d’étrangers, qui mettroit sans cesse un homme à portée d’en voir un autre séparé de lui par la maniere de penser sur la religion, pratiquer cependant les mêmes vertus, traiter avec la même bonne foi, exercer les mêmes actes de charité, d’humanité & de bienfaisance ; qui rapprocheroit les sujets les uns des autres ; qui leur inspireroit le respect pour la loi civile qui les protegeroit tous également ; & qui donneroit à la morale que la nature a gravée dans tous les cœurs, la préférence qu’elle mérite.

Si les premiers chrétiens mouroient en bénissant les empereurs payens, & ne leur arrachoient pas par la force des armes des édits favorables à la Religion, ils ne s’en plaignoient pas moins amérement de la liberté qu’on leur ôtoit, de servir leur Dieu selon la lumiere de leur conscience.

En Angleterre, par édit de pacification on entend ceux que fit le roi Charles I. pour mettre fin aux troubles civils entre l’Angleterre & l’Ecosse en 1638. Voyez EDIT.

On appelle aussi pacification en Hongrie des conditions proposées par les états du royaume, & acceptées par l’archiduc Léopold en 1655 ; mais ce prince devenu empereur, ne se piqua pas de les observer exactement, ce qui causa de nouveaux troubles dans ce royaume pendant tout son regne.

Autres articles

Présentation de l'article PACIFICATION

Pour citer ce texte de présentation

Sylviane Albertan-Coppola, « L’article PACIFICATION (non signé) de Mallet (t. XI, 1765, p. 736a-737a) », Extraits choisis de l'Encyclopédie, projet d'Edition Numérique Collaborative et CRitique de l'Encyclopédie, http://enccre.academie.sciences.fr (26-06-2017)

Sur l'auteur de ce texte de présentation

Sylviane Albertan-Coppola.

Dernière mise à jour : le 29 décembre 2014
ENCCRE | Intranet
© 2014-2017 | Crédits