Edition Numérique Collaborative
et CRitique de l'
Encyclopédie
Retour en haut
Denis Diderot (1713-1784) / L'article MACHIAVELISME de Diderot

L'article MACHIAVELISME de Diderot
(t. IX, 1765, p. 793a-b)

Collation effectuée par M. Leca-Tsiomis
sur l'exemplaire 1 de la Bibliothèque Mazarine

MACHIAVELISME, s. m. (Hst de la Philos.) espece de politique détestable qu’on peut rendre en deux mots, par l’art de tyranniser, dont Machiavel le florentin a répandu les principes dans ses ouvrages.

Machiavel fut un homme d’un génie profond & d’une érudition très-variée. Il sut les langues anciennes & modernes. Il posséda l’histoire. Il s’occupa de la morale & de la politique. Il ne négligea pas les lettres. Il écrivit quelques comédies qui ne sont pas sans mérite. On prétend qu’il apprit à regner à César Borgia. Ce qu’il y a de certain, c’est que la puissance despotique de la maison des Médicis lui fut odieuse, & que cette haine, qu’il étoit si bien dans ses principes de dissimuler, l’exposa à de longues & cruelles persécutions. On le soupçonna d’être entré dans la conjuration de Soderini. Il fut pris & mis en prison ; mais le courage avec lequel il resista aux tourmens de la question qu’il subit, lui sauva la vie. Les Médicis qui ne purent le perdre dans cette occasion, le protégerent, & l’engagerent par leurs bienfaits à écrire l’histoire. Il le fit ; l’expérience du passé ne le rendit pas plus circonspect. Il trempa encore dans le projet que quelques citoyens formerent d’assassiner le cardinal Jules de Médicis, qui fut dans la suite élevé au souverain pontificat sous le nom de Clément VII. On ne put lui opposer que les éloges continuels qu’il avoit fait de Brutus & Cassius. S’il n’y en avoit pas assez pour le condamner à mort, il y en avoit autant & plus qu’il n’en falloit pour le châtier par la perte de ses pensions : ce qui lui arriva. Ce nouvel échec le précipita dans la misere, qu’il supporta pendant quelque tems. Il mourut à l’âge de 48 ans, l’an 1527, d’un médicament qu’il s’administra lui même comme un préservatif contre la maladie. Il laissa un fils appellé Luc Machiavel. Ses derniers discours, s’il est permis d’y ajoûter foi, furent de la derniere impiété. Il disoit qu’il aimoit mieux être dans l’enfer avec Socrate, Alcibiade, César, Pompée, & les autres grands hommes de l’antiquité, que dans le ciel avec les fondateurs du christianisme.

Nous avons de lui huit livres de l’histoire de Florence, sept livres de l’art de la guerre, quatre de la répuplique, trois de discours sur Tite-Live, la vie de Castruccio, deux comédies, & les traités du prince & du sénateur.

Il y a peu d’ouvrages qui ait fait autant de bruit que le traité du prince : c’est-là qu’il enseigne aux souverains à fouler aux piés la religion, les regles de la justice, la sainteté des pacts & tout ce qu’il y a de sacré, lorsque l’intérêt l’exigera. On pourroit intituler le quinzieme & le vingt-cinquieme chapitres, des circonstances où il convient au prince d’être un scélérat.

Comment expliquer qu’un des plus ardens défenseurs de la monarchie soit devenu tout-à-coup un infâme apologiste de la tyrannie ? le voici. Au reste, je n’expose ici mon sentiment que comme une idée qui n’est pas tout-à-fait destituée de vraissemblance. Lorsque Machiavel écrivit son traité du prince, c’est comme s’il eût dit à ses concitoyens, lisez bien cet ouvrage. Si vous acceptez jamais un maître, il sera tel que je vous le peins : voilà la bête féroce à laquelle vous vous abandonnerez. Ainsi ce fut la faute de ses contemporains, s’ils méconnurent son but : ils prirent une satyre pour un éloge. Bacon le chancelier ne s’y est pas trompé, lui, lorsqu’il a dit : cet homme n’apprend rien aux tyrans, ils ne savent que trop bien ce qu’ils ont à faire, mais il instruit les peuples de ce qu’ils ont à redouter. Est quod gratias agamus Machiavello & hujus modi scriptoribus, qui apertè & indissimulanter proferunt quod homines facere soleant, non quod debeant. Quoi qu’il en soit, on ne peut guère douter qu’au moins Machiavel n’ait pressenti que tôt ou tard il s’éleveroit un cri général contre son ouvrage, & que ses adversaires ne réussiroient jamais à démontrer que son prince n’étoit pas une image fidele de la plûpart de ceux qui ont commandé aux hommes avec le plus d’éclat.

J’ai oui dire qu’un philosophe interrogé par un grand prince sur une réfutation qu’il venoit de publier du machiavelisme, lui avoit répondu : « sire, je pense que la premiere leçon que Machiavel eût donné à son disciple, c’eût été de réfuter son ouvrage ».

Article mis en ligne le 24 octobre 2015
ENCCRE | Intranet
© 2014-2017 | Crédits